Sortir du Besoin de l’autre

 

Ces dernières années d’expérience personnelle et professionnelle, m’ont amenée à une réflexion sur le sens du couple et sur le besoin d’être avec l’autre.

Qu’elle est la juste distance de chacun de nous dans un couple pour ne pas en arriver à une vampirisation de l’autre, un chemin qui nous emmène vers la non existence personnelle. Comment aller vers une existence plus saine avec l’autre?

 

La co-dépendance qui s’installe parfois dans le couple, est l’attitude qui nous empêche d’exister pour nous-même : nous sommes une personne à travers le rôle que nous jouons pour l’autre, nous privant parfois de l’essentiel pour nous. Nous engageons l’autre dans une absolue nécessité d’être quelqu’un pour nous et de nous remplir. C’est une complicité non saine.

L’étouffement va provenir du fait que nous ne pouvons plus être libre. Nous devons répondre à un devoir plutôt qu’à des envies. Nous ne sommes plus ensemble parce que cela va de soi, parce que nous aimons cela, que cela nous énergétise, mais parce que nous sommes engagés et liés, en prison.

L’hypercontrôle que nous opérons sur nous-même, va engendrer le non-soi. Je dois me contrôler, contrôler mes besoins, sacrifier certaines choses parce que l’autre ne le permet pas, pas toujours de façon exprimée, mais parfois aussi parce que l’on ressent que notre conjoint ne pourrait pas le supporter. Je suis sa « chose », il est aux commandes de ma vie, et je lui ai donné ce pouvoir.

 

Ces situations provoquent énormément de tensions et de souffrance et nous éloignent de l’amour.

L’amour qui est la plus belle chose au monde, et qui ne peut exister qu’à la condition d’être libre de le ressentir, à la liberté de rechoisir l’autre de façon constante.

 

Alors comment permettre cette liberté d’être, si nous sommes engagés dans une relation ?

Toute la difficulté est là. Etre libre ensemble, aimer sans s’attacher…

La solution passera forcément par une conscience de nos problématiques profondes et de nos besoins liés à cette problématique. Peur d’être abandonné, manque d’estime de soi, …

 

Ces questionnements sur nous pourraient nous ouvrir des portes vers la compréhension de notre situation. Sommes nous des êtres remplis ? Remplis d’amour pour nous, rayonnants et offrant de l’amour dans nos relations ? Sommes nous dans une relation de besoin (de l’autre, de ce qu’il me donne, de ce qui me sécurise ?)

Avons nous des domaines de « nourriture de vie » autres que la relation à l’autre ?

Si nous sommes dans notre vie pour être quelqu’un pour quelqu’un, qui sommes nous pour nous mêmes ?

 

Combien d’amours sont floués, parce qu’ils sont dans l’indispensable nécessité ?

Combien de personnes se referment et ne s’autorisent plus l’amour car ils ont été emprisonnés dans cela ?

Combien de personnes sont dans le devoir d’être quelqu’un d’autre qu’elles-mêmes ?

 

Il nous est indispensable de nous questionner là dessus pour évoluer vers un amour plus libre, plus conscient, plus éveillé.

Quelle est la différence entre le besoin et le désir de l’autre ?

 

Etre heureux sans l’autre donne envie à l’autre de partager cela. Nous sortons d’une relation d’obligation d’amour ou de bonheur. D’idéalisation de ce que nous devrions être ensemble. Nous pouvons partager le « plus » de nous même.

 

Dans le monde qui se présente à nous pour demain, nous avons la nécessité de pouvoir compter sur des adultes construits et en réflexion permanente sur eux même. Des adultes en entier. Qui se partagent et se soutiennent, non pas par obligation mais par envie. Des adultes qui sortent des modèles limitants  pour être capables d’adaptation et de créativité.

 

Cela demande de construire une sécurité intérieure, une paix et un amour pour soi. Je suis la meilleure personne pour moi même. Je suis en accord et juste avec moi. Et j’aime être avec les autres, parce que je suis authentique. Je ne triche plus, je ne me sacrifie plus, je n’oblige plus personne. Je n’ai plus d’attente car je réponds à mes besoins et donc, la relation à l’autre est saine.

 

Dans le couple essayons d’être des cerises sur le gâteau, partageons le meilleur et décidons de quitter le pire, existons avant tout pour nous même et offrons cela à l’autre.

 

 

hand-3035665__340

About Sophie Mercier

Thérapies, accompagnement de l'individu, du couple et de la famille, conférences.

Comments are closed.

Post Navigation