S’aimer soi semble être une priorité indispensable à la relation. Il est important  de remettre en question la qualité de son amour pour soi, avant de remettre en cause la qualité de la relation (affective : amoureuse, parentale, amicale)


Beaucoup d’entre nous vont chercher à d’abord incriminer l’autre ou la situation avant de comprendre et remettre en question son propre fonctionnement. C’est dommage, cela fait perdre beaucoup de temps à la qualité de la construction relationnelle mais aussi cela peut nous faire énormément souffrir (pourquoi acceptons-nous d’autant souffrir, donc?)

Jacques Salomé dans ses nombreux livres mais aussi dans sa conférence « de l’amour de soi à l’amour de l’autre » nous explique qu’apprendre à s’aimer est d’abord conscientiser que nous avons reçu un très beau cadeau : la vie.  Qui que soient nos parents et ce qu’ils ont été, ils nous ont offert ce très beau cadeau et pour cela, nous leur devons reconnaissance. C’est déjà un pas vers l’amour de soi, car reconnaître que la vie est un cadeau, est reconnaître que nous nous aimons et sommes heureux d’être là et nous allons mieux nous occuper de nous.

Pour les parents, les éducateurs, il est donc nécessaire de tenir compte de cela dans l’éducation que nous donnons à nos enfants. Car nous devons apprendre à nos enfants à s’aimer eux mêmes. Et cela, en les valorisant pour tout ce qu’ils sont de bien au delà de ce qu’ils font de moins bien. Nous confondons régulièrement l’être et l’action, ainsi que le vocabulaire d’amour que nous leur apprenons. Abusez du renforcement positif !

http://www.j-salome.com/03-telechargement/editorial_2010-11-10.htm

Pour le couple amoureux,  il sera nécessaire de « regarder » en soi et d’observer la relation en cours, afin de comprendre de quel amour il peut s’agir :

Certains amours sont très tyranniques : « aime moi », car la personne qui est dans cette situation d’insécurité amoureuse, exige l’amour de l’autre, pour aller mieux. Or, cela pourrait faire fuir l’autre, qui a le DEVOIR d’aimer, plutôt que l’envie d’aimer.

Ou alors, on aime cette personne qui nous donne tout, qui nous aime tant, mais est-ce la personne que l’on aime ou l’amour que l’on reçoit d’elle qui nous touche et nous construit ?

Ou encore, on peut mal percevoir l’amour que l’on reçoit, car la personne ne donne pas ce qu’on a besoin ou envie d’avoir, la personne nous aime, mais ce n’est pas cet amour là que l’on désire, nous serons là dans un énorme décalage.

Ou alors, l’amour de l’autre est motivé par une mission particulière, comme un sauvetage (de quelqu’un qui est malheureux ou qui a un problème), parce que pour nous « aimer » c’est de s’occuper de quelqu’un, nous ne serons sans doute jamais récompensés de ce que nous sommes pour l’autre ou alors, dans une relation où l’autre a besoin de nous, plus de ce que nous lui donnons que de ce que nous sommes.

Ces quelques exemples d’amour « trompé », parmi tant d’autres, nous démontrent que nous pouvons être « floués » par ce qu’on pense de l’autre et par nous-mêmes dans l’amour.

 

Le véritable amour est difficile à définir, car c’est un accord particulier entre deux personnes, et il n’y a pas de modèle ou de référence. L’amour pour l’autre se construit à partir de l’amour pour soi.

Le secret serait donc de faire tout pour s’aimer soi, de se connaître afin de pouvoir apprendre à l’autre qui on est, qui nous sommes (verbe ETRE ) plutôt de ce que nous ferons pour aimer et être aimé dans la relation (verbe FAIRE). Et dans la relation, nous serons acceptés tels que nous sommes, même si nous ne faisons pas toujours ce que voudrait l’autre.

Indispensable donc, de s’occuper de remplir nous-mêmes tous nos besoins sans attendre que l’autre s’en occupe ! Si nos besoins sont comblés, si nous nous sommes bien occupés de nous, nous n’attendrons pas cela d’autrui et non seulement ce que nous recevrons sera tout cadeau, mais aussi, ce que nous rayonnerons sera un véritable atout de construction de futures relations.

Cela en vaut la peine, non ?

Lorsque l’on se connaît et l’on s’aime, on sait exactement ce qui nous ferait du bien et on peut le demander dans la relation.

On sera aussi capable de s’investir et de s’engager dans une relation plutôt que d’en avoir peur. D’exiger et de refuser certains comportements :« Est ce que je m’aime assez pour accepter que l’autre me traite comme je n’aime pas être traité ?»

On aura envie de créer de la qualité dans cette relation et tout faire pour garder et nourrir cette relation (voir la conférence du 3 avril dans « agenda ») afin que nous puissions avancer en amour et le faire grandir, en sachant que les renégociations régulières seront nécessaires (faire le bilan de son couple : http://sophie-mercier.be/faire-le-bilan-de-son-couple/)

La qualité de l’amour et de la relation, avec nos enfants, notre amoureux, nos ami(e)s est une véritable condition au bonheur. Lorsque nous sommes en paix avec nous-mêmes, nous sommes en paix avec les autres, cela change inexorablement notre vision du monde !

 

photo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

About Sophie Mercier

Thérapies, accompagnement de l'individu, du couple et de la famille, conférences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Post Navigation