Qui suis-je?

59267336_342371866483027_1781905914484228096_nDe génération en génération, on observe des métiers de communication, d’accueil et d’éducation dans ma famille. Je fais donc partie et « honneur » à cette loyauté familiale et je le vis dans toutes mes cellules depuis mon enfance.

Mon papa est le plus proche de moi en cette matière et reste une référence à mes côtés. Il m’a enseigné l’amour dans toutes ses aventures, l’humour, présent constamment dans notre vie, le sens du lien, des mots et de l’écriture. Je suis dans une famille d’artistes et la créativité est notre quotidien.

Ces premiers vingt ans d’adulte m’ont permis d’accompagner professionnellement de nombreux enfants à grandir. Mon premier métier d’institutrice maternelle est une école pour moi car j’ai la chance de vivre cela dans un enseignement qui prône le constructivisme. Pédagogie qui s’associe à merveille avec ma vie de conseillère conjugale (depuis 15 ans), puisqu’elle valorise la capacité de croire en l’autre, de le faire avancer dans toutes ses potentialités, de développer les savoir-êtres et notamment la compétence de trouver et de construire le savoir par soi même, ce qui est un outil qui se révèle performant avec les couples et les familles.

J’ai aussi expérimenté avec des personnes de qualité, plusieurs groupes de paroles autour de la parentalité ( un groupe de parents et bébé pour un espace s’inspirant des maisons ouvertes de Dolto et un groupe de parole en maternité pour  » devenir parents »)

Les expériences, les difficultés, les rencontres, les apprentissages et formations, toutes ces couleurs de la vie m’apprennent, me forment constamment et me donnent de nombreuses occasions de m’émerveiller de la vie et des personnes que je rencontre.

Le métier de conseillère conjugale et familiale est mal connu et peu valorisé malheureusement. Cette situation m’oblige fréquemment à chercher à créer des opportunités d’apporter de l’accompagnement différemment : à travers des articles, des ateliers, des conférences, des interviews etc…

Tout ce qui informera le couple ou la famille de ses possibles me semble intéressant. Car je crois que la relation est un lieu de crises, certes, pour nous apprendre qui nous sommes et qui nous voulons être, mais aussi, si on en prend soin de façon constructive, il peut nous apporter beaucoup de bonheur et contribuer à nous faire vivre en bonne santé pour très longtemps.

Depuis septembre, je suis indépendante totale et j’exerce plusieurs fonctions. En plus des consultations, je suis coach en Mincithérapie, méthode mise au point par France Verheyden. Une méthode qui permet de retrouver son identité profonde pour ne plus compenser par la nourriture (ici, mais cela pourrait très bien se poser pour d’autres dépendances). En retrouvant son identité, en se mettant au centre de sa vie, nous découvrons la lumière en nous et devenons acteur de bien être au quotidien. Le stress diminue, le poids du passé aussi. Les kilos s’envolent.

J’anime des groupes d’enfants en vie affective et sexuelle, dans des écoles à Bruxelles. Cela me permet de me sentir dans la prévention de la relation, et ce contact me relie à mon expérience d’institutrice et de conseillère conjugale et familiale.

J’écris pour Plus magazine à partir de juin, une fois par mois, sur les sujets relationnels.

Mon rêve : rencontrer des thérapeutes au Quebec, car je crois en l’apprentissage par l’exemple.

Sophie Mercier