Maman, papa,

Vous êtes peut-être à un moment de votre vie vous avez l’impression de ne pas avoir mis tout ça en place et cela se vous semble très lourd de le faire. Vous êtes face à vous même dans cette période de confinement et vous vous rendez compte qu’il est temps d’agir …

Ce n’est pas le moment de vous culpabiliser. La culpabilité est très lourde à porter, et au plus vous vous mettrez des choses lourdes à porter, au moins vous aurez de l’énergie pour vous alléger. Et c’est ce que vous avez besoin de faire : vous alléger !

 

A n’importe quel âge vos enfants peuvent commencer à apprendre l’autonomie. Prenez conscience à quel point c’est important pour vous de les autonomiser : pour vous libérer du temps, pour être plus fier.e de vous !

Voyez ces nouvelles actions comme des challenges, des défis à relever, des choses à gagner et beaucoup d’amour surtout. Ne perdez pas espoir, tout le monde y arrive !

J’étais institutrice, j’étais maman de quatre enfants, de six enfants en famille recomposée, j’ai cru que « tout faire «  était plus facile et la bonne façon d’aimer !

En tant qu’institutrice j’ai pu pendant 27 ans comprendre au plus profond de mes cellules à quel point lors ce que je distribuais les tâches au sein de la classe, je récupérais du temps et je développais l’estime de mes élèves. J’ai eu plus de mal à le mettre en place au sein de ma famille car mon attention maternelle, mon dévouement intense, mes démons à moi en tant qu’enfant, tout cela a fait que j’ai eu peur de les mettre en difficulté…

Alors que mon Ainé avait du mal à sortir de sa coquille à 4 ans et peur des autres, Il avait beaucoup d’asthme et cela me terrifiait, alors je le surprotégeais, je le couvais, et je faisais tout à sa place !

Une pédopsychiatre m’a aidée à le mettre en difficultés, pour qu’il apprenne l’autonomie et la défusion, pour qu’il soit en apprentissage.  Une des expériences les plus fondatrices de maman que j’ai vécu. Cela semblait très barbare d’un premier abord, mais quand on a la perspective et qu’on observe le résultat, on comprend bien la nécessité de mettre son enfant en expérience ! J’ai compris que j’étouffais mon enfant, « j’ai tout fait pour lui »…

Éduquer l’enfant vers le développement de son autonomie va lui permettre de devenir un adulte qui sera capable de prendre des décisions de faire des bons choix. D’assumer ses choix et ses actes, de s’épanouir, d’être créatif etc. Antoine a 25 ans aujourd’hui, il est adulte et responsable, gratitude à Agnès (la pédopsychiatre qui m’a aidée)!

L’enfant qui peut arriver à faire tout seul va avoir une meilleure confiance et une meilleure estime de lui. Il pourra faire face aux difficultés tout seul aussi, parce qu’il a appris tout ça.

Faire participer nos enfants aux taches ménagères va avoir des répercussions très positives :

  • Cela va permettre de renforcer les liens familiaux :

Dans une famille où on prend soin de chacun, des uns des autres en allégeant un maximum les tâches d’une personne : on va développer l’affectivité, l’amour, la communication, le co-apprentissage (apprendre l’un de l’autre) ,

des savoirs, savoir faire et savoir être vont pouvoir se déployer : il y aurait une énergie une une circulation d’amour dans cette famille où chacun participe au bien-être de chacun.

  • La famille va devenir comme une petite entreprise ou chacun est responsable de son bon fonctionnement. Chacun a une responsabilité pour que tout se passe bien. Tout cela va permettre de libérer du temps et de l’énergie pour la maman, le papa, pour le couple et pour passer de meilleur moment en famille avec nos enfants.
  • L’enfant qui est autonome développe de la bienveillance et de l’empathie envers son parent. En vivant la participation aux tâches, il comprend la notion de travail, d’engagement, de respect et de fatigue que peut ressentir la maman. La maman qui arrive à instaurer l’autonomie chez ses enfants, va aussi développer son estime d’elle-même. Elle va être fier d’avoir des enfants capables de prendre soin d’elle, de prendre soin entre eux et de leur vie familiale. Je vous propose de mettre en exercice un petit quiz test pour voir quel est le niveau d’autonomie de vos enfants et de vous mettre en réflexion concernant les axes à développer pour y arriver !
  • C’est aussi essentiel de mettre un cadre rassurant et d’avoir des repères. S’organiser permet la sécurité de tous !

 

Un bébé qui est dans son maxy cosy, ou dans le porte bébé participe déjà aux tâches si la maman ou le papa commente ce qu’il ou elle fait.

Un petit de 18 mois qui est dans la cuisine avec vous et peut déjà être curieux d’aller dans la vaisselle en même temps que vous, c’est là que vous pouvez lui confier les boites en plastique et lui demander de les remettre dans l’armoire par exemple. Pensez donc bien à placer les objets dans votre cuisine en fonction de cela : à sa portée, les objet qu’il peut toucher sans danger.

Chaque action réussie ou pas  (et c’est le « ou pas » est aussi à entendre), doit être renforcer positivement. Quoi que l’enfant fasse, il doit être gratifié pour ce qu’il a fait.

Émerveillez vous de tout ce qu’il fait, au plus il sera gratifié au plus il se mettra en expérience.

S’il fait une erreur, expliquez-lui que ce n’est pas grave et qu’il apprend. Rassurez le. Aidez le à réparer (ramasser ce qu’il fait tomber : utiliser la ramassette en le gratifiant d’apprendre cela en plus). Chaque expérience peut être codée, racontée comme positivement.

Vous pouvez aussi imaginer de décortiquer les tâches (comme une recette de cuisine) pour qu’il puisse participer au maximum à la gestion de la maison.

Veillez à organiser la maison en fonction de son âge : je pense par exemple à un porte manteau à sa taille, à des armoires organisées pour que ce soit réalisable.

Attention avec la peur que l’on peut avoir quand il essaie de nouvelles expériences : peur qu’il se fasse mal, qu’il casse les objets peut freiner l’autonomie… le parent doit se fâcher, très fort, s’il y a du danger (cela demande aussi de se questionner sur les réels dangers de la cuisine et de l’organiser pour éviter tout cela : voir annexe). L’enfant doit sentir le danger, il doit l’apprendre. Si vous avez peur parce qu’il prend un verre et qu’il risque de le casser, il y a de fortes chances pour qu’il n’ose plus y toucher. Par contre si vous les reprenez des mains délicatement en disant c’est un peu dangereux, on le cadre on le dirige sans lui faire peur.

 

Voici un tableau pour vous faire une idée de ce que l’enfant pourrait tenter de faire

Tableau des activités liées au quotidien de la maison à proposer aux enfants

Liste non exhaustive !

De 0 à 18 moisL’enfant participe avec vous aux différentes activités ménagères. Commentez un maximum vos actions, pour lui apprendre le vocabulaireA partir du moment où il est debout

Donnez lui des petites actions à faire : vider le Lave vaisselle, mettre dans le panier à linge, mettre un aliment dans le chariot etc…

 

2-3 ans

·      Ramasser ses jouets

·      Jeter les déchets (trier déjà !)

·      Faire des piles de livres

·      Mettre la table

·      Apporter des objets

·      Faire les poussières

·      Chercher du bois

·      Jardiner

4-5 ans

·      Nourrir animaux

·      Réparer les bêtises

·      Faire le lit

·      Arroser plantes

·      Préparer un gouter

·      Utiliser l’aspirateur

·      Essuyer la vaisselle

·      Ranger la vaisselle

 

 

 

 

 

 

6-7 ans·      Ramasser les poubelles·      Plier le linge

·      Eplucher

·      Trier linge

·      Ratisser

·      Faire une salade

·      Remplacer le rouleau de papier toilette

·      Arracher mauvaises herbes

·      Planter

 

 

8-9 ans

·      Remplir le lave vaisselle

·      Ranger les vêtements

·      Ranger les courses

·      Faire cuire des œufs

·      Faire un gâteau

·      Balayer

·      Promener le chien

·      Débarrasser la table

·      Faire le nettoyage de sa chambre

·      Laver la voiture

 

10-11 ans

·      Nettoyer salle de bain et la cuisine

·      Préparer un repas

·      Tondre

·      Raccommoder

·      Recoudre

·      Faire des courses

12 ans et plus ·      Laver les sols

·      Faire des petits travaux

·      Peindre les murs

·      Tailler les haies

·      Laver les fenêtres

·      Garder des enfants

·      Repasser

·

Bon travail à tous, et beaucoup de plaisirs à vous

 

About Sophie Mercier

Thérapies, accompagnement de l'individu, du couple et de la famille, conférences. Coach en Mincithérapie. Animatrice EVRAS Nivelles et Charleroi

Comments are closed.

Post Navigation