Ce n’était pas dans vos rêves, ce n’était pas votre idéal mais voilà, la vie en a décidé autrement (et surtout les adultes que vous êtes devenus), et vous êtes parachutés dans le rôle de beau-père, belle-mère avec des beaux-enfants que vous n’avez pas choisis… Vous vivez des nouvelles relations, avec des nouvelles personnes qui se confrontent à vos idéaux, valeurs et relations… ce n’est pas facile!

Une nouvelle lune de miel, quel bonheur! un nouvel amour… que d’émotions.

Après ces moments de bonheur intenses, une installation en couple s’impose. (Ou pas, mais alors, vous vous protégez de ce qui suit…)

Et la vie de famille recomposée se met en place. Il n’est pas rare de rencontrer dans nos cabinets de conseillèr(e)s conjug(ales)(aux), ces nouveaux couples, nouvelles familles qui rencontrent des difficultés à vivre ensemble. Quoi de plus normal… ce n’était déjà pas prévu, pas choisi, mais aussi et surtout, ces relations naissantes ne sont pas vierges de toutes difficultés et nous en connaissons peu les possibles issues.

Mais ce n’est pas impossible.

 

Me voilà beau-père, belle-mère :

On en parle beaucoup de ces difficultés de relations entre beaux-enfants et beaux-parents et le mot d’ordre est surtout : ne vous mêlez pas de leur éducation si le terrain est sensible avec les parents (divorce houleux, jalousie des ex, parents possessifs…), il vaut mieux se faire tout(e) petit(e) et s’en remettre aux « vrais » parents de ces enfants-là. Eux seuls sont détenteurs de l’éducation de leurs enfants (vous pouvez suggérer, pas imposer (!) et le « must », c’est de faire passer votre avis par le parent présent). Vous allez devoir inventer votre place. Et faire preuve de beaucoup de souplesse et de patience.

 

Malgré tout, de vrais liens s’établissent avec ce quasi-père ou quasi-mère, comme on semble les nommer. Mais c’est un nouveau rôle, pas vraiment éducateur, assez présent et proche, et souvent devenu au fil du temps l’ ami(e), le(la) complice et conseiller(e) des enfants.

Voici un article qui parle d’une relation entre un enfant et sa belle-mère : lien pas facile, amour parfois impossible et pourtant souvent désiré

http://www.huffingtonpost.fr/r-g/conseils-belle-mere-enfant_b_6421460.html?ir=France&ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

 

Relation presqu’aussi improbable : l’entente des deux femmes (mère et belle mère) ou des deux hommes (père et beau-père). Nous ne sommes plus deux, mais quatre personnes dans la vie de notre enfant. Après les tempêtes de la vie, l’accalmie fait parfois naitre ces relations assez improbables mais assez magiques et constructives pour l’enfant. Pourquoi pas, puisque nous sommes guéris, pourquoi ne pas nous entendre autour de la relation avec l’enfant, afin qu’il grandisse au mieux dans un environnement serein?

C’est possible, voici un autre article qui exprime une histoire d’amitié entre ces deux femmes…

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/cette-lettre-d-une-femme-a-la-nouvelle-pouse-de-son-ex-mari-est-en-train-de-faire-le-tour-du-web-et-c-est-facile-de-comprendre-pourquoi–1513

 

Et puis, que dire encore de la richesse de ces nouvelles fratries, qui ne se rencontrent que de temps en temps, et qui partagent des adultes en commun? Quelles complicités peuvent naitre et se développer pour mieux apprendre à vivre ensemble ? Parce que bien entendu, vivre ensemble quand nous ne sommes pas élevés par les mêmes éducateurs, c’est un réel défi… « pourquoi lui peut et moi pas? »….

Ces enfants là apprennent très vite la capacité d’adaptation. Ils sont obligés. Chaque semaine ils changent de maison, d’habitude et de frères et soeurs. Et pourtant, ils grandissent et s’épanouissent, quand tout ce petit monde va bien… Donc, arrêtons de paniquer, arrêtons de polémiquer sur le bien être ou pas des familles recomposées. Chaque famille est une aventure, qu’elle soit issue d’un précédent divorce ou pas. Chaque enfant peut (ou pas) s’épanouir dans sa famille, quelle qu’elle soit, cela dépend davantage du bien être des parents, plutôt que de celui de la formule de famille. Recomposée, monoparentale, homoparentale… ou « normale »… quelle que soit la famille, c’est le BONHEUR et l’AMOUR qui y circulent qui rendent nos enfants heureux.

 

dossier familles recomposées : http://www.psychologies.com/Famille/Familles-recomposees

 

 

About Sophie Mercier

Conseillère conjugale et familiale graduée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Post Navigation